Seiteninhalt

L'architecture des maisons à colombages

Au néolithique, lorsque l’homme devint sédentaire et construisit des bâtiments en dur, il se servait de ce que lui offrait la nature : du bois, de la glaise et de la paille. Le centre historique de Neustadt an der Weinstraße est l’endroit où l’on peut admirer le plus grand nombre et les plus anciennes maisons à colombages du Palatinat…

Des milliers d’années séparent les premiers abris, créés par l’homme durant l’ère primaire, des habitations de nos villes modernes.

Les premiers villages apparaissent au néolithique avec des édifices composés de piliers et de glaise. Des piliers plantés dans la terre et reliés entre eux par des  rondins formaient la charpente. Les espaces furent complétés par des branchages. Puis un mélange de paille hachée et de glaise de part et d’autre de ce lacis comblait les interstices. Plus tard, les rondins furent remplacés par des dalles en pierres et des traverses en bois, auxquelles on y ajouta des poutres verticales et horizontales, ainsi que des pièces obliques. Les plus vieilles maisons à colombages d’Allemagne remontent au 14ème siècle, et connurent un essor particulier au cours de la seconde moitié du 15ème siècle. Les plus belles maisons étaient réservées à la bourgeoisie locale, aux mairies, aux corporations et servaient de salles des fêtes.

L’essor des maisons à colombages

La période entre le moyen âge et les temps modernes marque le perfectionnement des maisons à colombages. Durant cette période de prospérité, ces maisons traditionnelles connurent un essor particulier et créèrent un environnement varié et typique. Jusqu’au début du 19ème siècle, le maintien de la construction traditionnelle l’emporta sur l’innovation. De nombreuses maisons à colombages à plusieurs étages furent ainsi construites dans le souci de la continuité par agriculteurs, artisans et commerçants. Et naturellement, la plupart de ces maisons furent bâties après les guerres, la majorité des anciennes habitations ayant alors été détruites. A la fin du 18ème siècle, durant le classicisme, la pierre remplaça le bois, ce dernier étant devenu une denrée rare. Des maisons à colombages très simples apparurent en raison de la pauvreté de la population et de la cherté du bois. En même temps, le classicisme s’imposait comme nouvel art architectural. Sans pitié, les façades à colombages furent enduites de crépi et peintes, pour ne pas se distinguer des voisins. Toutefois, le Palatinat a su préserver un grand nombre de ses maisons à colombages. Plus récemment, dans la fièvre de la reconstruction et du miracle économique après la seconde guerre mondiale, cette architecture traditionnelle fut à nouveau menacée par des constructions sans âme. Mais depuis peu, les épaisses couches d’enduits et de crépis font place à la beauté originelle des maisons à colombages pour embellir à nouveau les centres historiques.